tanz, conférence sonore sur la musique industrielle

Si le néolibéralisme est l’enfant des dictatures, qu’en est-il de son héritage sonore ? Et qu’en est-il de la danse en temps d’hyperindustrialisation et d’hyperproductivisme ? t a n z se déplie comme un poème et propose une réflexion sur la danse dans les sonorités des XXème et XXIème siècles ainsi qu’un questionnement sur les bases de la club culture à traversl’héritage acoustique du fascisme.

t a n z est à première vue une performance hybride sur la musique industrielle. Elle jaillit de la confrontation entre la conférence et le concert de musique électronique. ta n z se situe entre l’essai, la pièce musicale et la rave politique. Elle propose une immersion dans la musicalité de l’industrie ainsi qu’une radiographie des bases de la club culture. ta n z invoque les suicidés de Foxconn, les futuristes et les musiciens de l’orchestre de Birkenau. t a n z tente de rendre visibles les liens obscurs qui relient les usines aux salles de concert, et le son au pouvoir.

/ Avec l’appui de:
Musée National Centre d’Art Reina Sofía, Azala Espacio, Teatro Pradillo, Espacio Tangente, 6B, lieu de création et de diffusion, Collectif W.O.R.K.?

idée, texte et création sonore : Mathilde Rambourg-Schepens
accompagnement dramaturgique : Alejandro Garcia Ruffoni
accompagnement musical : Etienne Laurent